L’indépendance alimentaire est la première des indépendances. Elle plus forte que l’indépendance politique », dixit Dr Papa Abdoulaye Seck

2012-10-03 11:23:39

Extrait du discours du DG de AfricaRice lors de l’ouverture  de 2012 Grisp-Africa Science Forum

L’indépendance alimentaire est la première des indépendances. Elle plus forte que l’indépendance politique », dixit Dr Papa Abdoulaye Seck

(…) Ces journées devraient aussi permettre de dégager des perspectives qui vont nous permettre de changer ou de consolider  la physionomie de nos recherches pour améliorer davantage notre environnement. Il y a un an, lors des journées scientifiques, j‘ai eu à intervenir sur ce que j’ai appelé les dix conditions pour que le Grisp AfricaRice assure dans sa plénitude toutes ses responsabilités. Aujourd’hui, je revient sur la nouvelle vision en ce qui concerne l’impact de la recherche sur le développement.  Nous avons, à cet égard  une conviction très forte , en Afrique au le 21è  siècle doit nous permettre d’inventer nos méthodes de recherche  si nous voulons véritablement transformer l’agriculture africaine

A cet égard, nous avons eu déjà eu à élaborer lors du sommet des chercheurs à Abidjan pour dire que, les chercheurs  évoluant en Afrique doivent cesser doivent de simple architecte mais plutôt des architecte et des bâtisseurs de civilisation agricole aussi des en s’impliquant davantage dans des opérations de développement à forts impacts potentiels . En nous exprimant ainsi, en filigrane, nous voulons dire qu’il y a certainement nécessité mais aussi urgence de construire des systèmes d’innovations qui devraient impliquer  toutes les parties  du processus de  génération,  de diffusion de l’innovation technologique .

En réalité, en nous exprimant ainsi,  nous plaidons avec force et conviction sur la nécessité de faire de la recherche en Afrique autrement et mieux en  générant davantage de résultats utilisables et utilisé. C’est cela faire de la recherche.

Au niveau de AfricaRice, nous avons mis en place deux outils d’une importance capitales. D’abord, nous avons mis en place des outils d’orientation stratégique de la recherche  mais aussi des outils dissémination de l’innovation technologique parce qu’il s’agit de réunir tout ceux qui sont concernés par  l’agriculture dans un espace à fort potentiel pour des réflexions communes et des réflexions partagées qui devraient nous permettre de revisiter notre cahier  de charge mais aussi des pistes de dissémination  de l’innovation technologique. C’est le lieu aussi de présenter ce qu’on sait et ce qu’on ne sait pas pour mieux l’utiliser.

Nous avons mis en place des groupes d’action, des cadres qui favorisent  l’émergence des masses critiques qui seront beaucoup plus en situation  de complicité pour transformer nos situations d’intervention.

Si nous avons mis en place les groupes d’action, cela tient à un élément essentiel. Le premier élément qu’il faut retenir, c’est que nous à AfricaRice, nous estimons que les priorités de recherche doivent être définies par les bénéficiaires de la recherche. Les priorités ici à AfricaRice ne seront définies dans le cadre de modèles mathématiques extrêmement compliqués, ni à Washington, ni ailleurs mais en Afrique par les Africains et ceux qui évoluent en Afrique, avec nos partenaires bien sûr. C’est un principe fondamental.  C’est le terrain qui doit commander la méthode mais ce n’est pas la méthode qui doit commander le terrain.

Le deuxième élément fondamental est que le CGIAR, tous les centres, ne peuvent plus se passer des initiatives ou ignorer les initiatives en cours au niveau de nos pays, au niveau des communautés économiques régionales, au niveau de l’Union Africaine etc mais aussi au niveau des initiatives qui sont prises par les organisations professionnelles et interprofessionnelles. Cela me paraît quelque chose de fondamental.

Troisième élément qui me parât important, on parle d’impact mais l’impact existe là où il y a l’œuvre de tout le monde. (…) Cela veut dire que les instituts de recherche ne peuvent pas avoir d’impacts dans leur espace en travaillant seuls pour mettre en place ce que j’appelle les systèmes d’innovation.

Le quatrième élément important, nous pensons que le chercheur du 21ème siècle qui ne sait faire que de la recherche va voir sa valeur marchande en décroissance parce qu’ici comme ailleurs, on doit se situer dans une logique de décloisonnement  et de domestication de la recherche pour faire de la recherche, c’est l’affaire de tout le monde.

Cinquième élément qui me paraît important, c’est que ici au niveau d’AfricaRice on veut construire l’actionnariat rural, actionnariat rural qui va plus loin que le partenariat. Notre actionnariat consiste à amener des connaissances et des technologies, en nous appuyant sur les connaissances endogènes et les résultats de recherche. Il appartient au peuple d’apporter leurs contributions, aux transformateurs d’apporter leurs contributions, à l’Etat d’apporter sa contribution. C’est cela que nous voulons, un actionnariat  pour le monde rural en Afrique. Mais l’actionnariat doit reposer sur l’excellence scientifique et l’excellence scientifique doit reposer sur un certain nombre d’étages qui se tiennent. Nous avons l’habitude de dire ici que ces étages sont la transparence, l’équité, la pertinence de nos recherches, la qualité, l’obligation de résultats, l’obligation de rendre compte, l’impact potentiel, le partenariat normé. Pour nous, c’est cela qui constitue l’excellence scientifique. L’excellence scientifique va au-delà d’une simple publication dans des revues de rangs A. L’excellence scientifique inter-riposte notre capacité à pouvoir agir conséquemment pour transformer dans notre univers d’intervention.

Nous n’avons plus besoin de chercheur, de scientifique purs et durs mais des scientifiques qui sont à la fois scientifique mais aussi bâtisseur de civilisation. C’est notre vision. Alors, tout ceci pour dire que nous estimons que le Grisp marche et doit marcher et tout ce que nous faisons en dehors du Grisp peut marcher, doit marcher. (…) C’est l’actionnariat rural qui va constituer le succès du Grisp et le succès de nos recherches. Pour conclure, peut-être dois-je citer un éminent penseur Montesquieu, certains d’entre vous connaissent ou ont lu, il disait exactement ceci, « Un avis qu’il faut donner au savant est de pratiquer ce qu’il nous enseigne » et un autre philosophe disait « les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, ce qui est important c’est qu’il le transforme ».

Et ici nous dirons, faire de la recherche pour que le monde rural de demain soit dans les meilleurs conditions de vie et d’existence que le monde rural d’aujourd’hui. Cela appelle le partage des responsabilités, la cogestion, le respect des différences et le rejet des indifférences aussi bien sur le plan institutionnel que catégoriel. Et j’ai une conviction forte pour l’Afrique, si nous faisons notre révolution, il n’y a pas de raison que l’Afrique ne nourrisse pas l’Africain et nous avons la responsabilité dans le cadre de Grisp et d’autres foras de réfléchir pour que l’Afrique nourrisse l’Africain simplement parce que l’indépendance alimentaire est la première des indépendances. Elle plus forte que l’indépendance politique. Sans l’indépendance alimentaire, on est pas outillé pour dire non et quand on n’est pas outillé pour dire non, donc on ne peut pas être indépendant. Les chercheurs doivent être au cœur de l’indépendance de l’Afrique.

Source: Youtube.com

Transcription: Christophe Assogba

 

 


Leave a Comment


A lire aussi dans Actualite