COP21: Vers un accord universel contraignant

2015-11-30 18:18:30

COP21 à Paris

Vers un accord universel contraignant

Attendue depuis des mois, la 21ème Conférence des parties sur le climat (COP21) a démarré ce lundi à Paris (Bourget).  Le président français François Hollande a procédé à l'ouverture des travaux devant un parterre impressionnant de personnalités de monde dont notamment  150 Chef d'Etat et de gouvernement.

Ça y est ! Les négociations sur le climat ont démarré. Longtemps attendue par les défenseurs du climat comme les détracteurs, la Cop21 a ouvert ses portes avec le bal des discours officiels politiques des chefs d'Eta et de gouvernement des pays signataires de la Convention de Nations-Unies sur le climat.

A l'ouverture des travaux, le  Secrétaire exécutif de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), Christiana Figueres, a déclaré que les différents pays réunis à Paris ont la responsabilité de finaliser un accord pour permettre la réalisation des  différentes contributions des Etats.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, Président COP21 a appelé les gouvernements à intensifier leurs efforts pour un accord qui puisse permettre de limiter le réchauffement climatique.

Car, a-t-il dit, «Les enjeux sont trop élevés, et la menace du changement climatique est trop grande pour nous de se contenter d'un accord minimaliste. Les chefs d'État et de gouvernement qui sont venus à Paris sont venus pour exprimer la voix de l'ambition ».

« Jamais l'enjeux d'une réunion internationale n'avait été aussi élevé. Car il s'agit de l'avenir de la planète », a souligné Laurent Fabius.

Procédant à l'ouverture des travaux aux côtés du Secrétaire général des Nations-Unies Ban Ki Moon, le président François Hollande a rappelé les événements tragiques intervenus avant la tenue de la conférence, les attentats terroristes du 13 novembre 2015 qui sont à ses yeux avec le climat des défis planétaires. Selon lui, « la justice climatique » invite inexorablement  à agir pour sauver la planète d'un désastre.

Invitant les uns et les autres à trouver un accord dès le 12 décembre prochain pour limiter les conséquences du réchauffement climatique sur la vie humaine un peu partout à travers le monde, François Hollande n'a pas manqué de rappeler qu'il faut trois conditions pour que l'accord de Paris soit efficace voire un succès.

La première condition,  selon lui, est de « dessiner une trajectoire crédible permettant de contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C ou même à 1,5° C si c'est possible ».

« Il faudra pour que nous soyons sûr être sur cette trajectoire prévoir une évaluation régulière des progrès au regard des conclusions de la science et donc mettre en place un mécanisme de révision à la hauteur de nos engagement avec des rendez-vous tous les cinq ans », a déclaré Hollande.

Les deux dernières conditions, a-t-il dit,  sont d'apporter au « défi climatique une réponse solidaire » avec la contribution de tous les Etats et la dernière, et mobiliser toutes les sociétés aux enjeux. Selon le président français, « l'accord doit être universel, différencié et contraignant ».

« Les pays développé doivent assumer leur responsabilité historiques » parce qu'émettant plus de gaz à effet de serre, ceux émergents, accélérer leur transition énergétique, et ceux en développement doivent être accompagné dans leur adaptation aux changements climatiques,  a-t-il proposé  avant d'ajouter qu'il est nécessaire de faciliter les financements pour les transferts de technologie.

« Plaçons le plus haut possible notre ambition. C'est en visant haut que l'on décidera pour longtemps de la vie sur notre planète », a affirmé Hollande convaincu que la sauvegarde de la planète se joue en ces négociations

Jusqu'à l'ouverture de la COP21, 184 pays ont proposé leurs plans d'action pour la réduction des émissions  de gaz à effet de serre dans l'atmosphère responsable du réchauffement de la planète. Ces différentes contributions ont permis d'élaborer le texte qui sera adopté à Paris à l'issue de plusieurs réunions de négociations qui on eu lieu tout au long de l'année 2015 à travers le monde. L'accord en négociation est qualifié  d' « équilibré et complet » par Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la CCNUCC. Mais les différents engagements contenus dans cet accord seront-ils approuvés par les différentes parties. La fin de la COP21 le 11 décembre prochain le prouvera.


Christophe D.  Assogba, Envoyé spécial à COP21 à Paris


Leave a Comment


A lire aussi dans Actualite