Projet Science

2011-09-26 19:39:00

ASSOCIATION DES JOURNALISTES ET COMMUNICATEURS SCIENTIFIQUES DU BENIN (AJCSB)

 

 

Projet Synergie pour une Communication Dynamique en Science et Technique (PSCD-ST)

FICHE DE PROJET

Contexte

Shannon et Weaver définissent l’acte de communication comme suit : le message, envoyé par une source d’information et un émetteur et écrit dans un langage, est acheminé vers un récepteur et un destinataire via des canaux. Toute communication implique dès lors un émetteur et un destinataire, certes, mais également la nécessité de définir un langage commun

aux acteurs impliqués, un mode de communication accessible (techniquement) aux protagonistes et qui permet de garantir une qualité optimale de propagation de l’information. La Communication Scientifique, sollicite non seulement le fait de communiquer, au sens de Shannon et Weaver, mais également de considérer une multitude de notions liées les unes aux autres par cet objectif de transmettre de l’information scientifique pertinente à différents niveaux de complexité en fonction du public visé: la communication, la science, l’information, la vulgarisation, la culture, la compréhension du public. La qualité de la communication scientifique dépendra donc de facteurs socio-économiques et politiques (niveau du secteur de recherche et développement, publications scientifiques, niveau d’enseignement, technologie et mode de communication, etc.) ainsi que culturels (tradition de savoir orale, multiethnicité impliquant généralement une multitude de dialectes, etc.).

Vue sa complexité, le constat est que les questions d’informations scientifiques et technologiques ne font presque pas l’objet de traitement dans les médias béninois et que très peu de journalistes ne se spécialisent en journalisme scientifique et  TIC afin de  profiter des nombreux avantages que ceux-ci offrent. Aussi les structures étatiques ou privées de vulgarisation des résultats de la recherche restent peu actives sur le terrain pour offrir aux journalistes l’opportunité de vulgariser les résultats des recherches des chercheurs. Partant du fait que les populations ne sont pas suffisamment informées sur les résultats de recherches scientifiques et technologiques, l’Association des Journalistes et Communicateurs Scientifiques du Bénin (AJCSB) a proposé ce projet au profit de ses membres au Bénin ainsi que d’autres journalistes des pays de la sous-région.

En réalité, l’idée de proposer ce projet au Centre béninois de la recherche scientifique et technique (Cbrst) nous est venue du constat que le traitement de l’information scientifique et technologique au profit du développement du Bénin reste encore faible et notre aspiration, est de faire profiter les journalistes, travaillant sur des thématiques liées à la science, des opportunités du journalisme scientifique.

Ce travail vient donc en appui à la « communication scientifique » lorsqu’il s’agit de le replacer dans un contexte économique, politique et culturel différent du nôtre et par là de poser la problématique suivante : quel est l’état actuel de la recherche scientifique au Bénin ?

 

Aussi, les journalistes travaillant sur des thématiques liées à la science et la technologie ne sont pas outillés ou n’ont pas les ressources nécessaires pour aborder certains sujets. Dans de nombreuses rédactions, il n’existe pas de pages ou desk Science. Les questions scientifiques et technologiques sont abordées de façon peu professionnelle dans des desk Santé ou Environnement, animés sporadiquement ou simplement sacrifiées sur l’autel des sujets politiques. Or, les populations ont aussi besoin de savoir ce qui ce passe dans le domaine de la science tout comme en politique.

Le projet va permettre de faire l’état des lieux de la recherche scientifique au Bénin, de la communication scientifique en identifiant les sources, renforcer et outiller les journalistes et communicateurs scientifiques, mais aussi créer une émulation et un envie à aller dans ce secteur.

En un mot, le projet permettra aussi de mieux comprendre les enjeux liés à la science et son importance dans le développement durable.

Il est surtout question, pour l’AJCSB, d’offrir une plate-forme d’échanges entre les chercheurs, universitaires… et les professionnels des médias afin :

  • d’identifier et de proposer des pistes d’amélioration des canaux actuels de diffusion de l’information scientifique ;
  • de mettre en place un réseau de points focaux chargés de l’information scientifique et technologique au sein des organes de presse ;
  • de susciter la création, à l’AJCSB, d’une section chargée de la collecte et de la vulgarisation de l’information scientifique ;
  • d’encourager les professionnels des médias à accorder une plus grande place à la diffusion de l’information scientifique.

Objectif général

·         Assurer la  formation académique des membres aux métiers de l’information et de la communication scientifiques et techniques (ICST) et contribuer à l’information sur les questions scientifiques.

 

Objectifs spécifiques :

-          Renforcer les capacités de communication sur l’information scientifique et technique (IST) 

·         Faire connaitre davantage l’existence de l’AJCSB et ses activités  à l’opinion publique

·         Contribuer à la sensibilisation de l’opinion publique pour l’avènement d’une culture scientifique et technologique; 

·         Mobiliser les milieux scientifiques pour des actions en direction des pouvoirs publics ;

  • Identifier les sources fiables d’accès à l’information scientifique et technologique ;
  • Définir la Méthodologie et les techniques de traitement de l’information scientifique ;
  • Définir  les Moyens de diffusion de l’information scientifique et technologique au Bénin ;

·         Renforcer les capacités des journalistes et des médias pour leur permettre d’assurer la collecte, le stockage, le traitement, la diffusion et la vulgarisation de l’information scientifique et technique (IST) ; 

  • Impact de la diffusion de l’information scientifique et technologique sur le développement national.

Les résultats attendus

·         L’opinion publique est informée de l’existence des questions scientifiques et technologiques

·         Les journalistes traitent avec professionnalisme les questions scientifiques et technologiques

·         Deux tables-rondes sont organisées entre les acteurs et partenaires de la recherche scientifique et technique et les journalistes sur les questions liées à la science et la technologie

·         Le ministre de la recherche scientifique rende compte au peuple  des actions engagées pour l’amélioration de la recherche scientifique et technique au Bénin

·         Les journalistes développent le professionnalisme dans le traitement  de l’information scientifique et technique (IST)

·         Le Journal  Bénin Science est régulièrement publié et diffusé au sein des acteurs de la recherche scientifique et technique et des populations sur toute l’étendue du territoire

·         Le site Web de l’AJCSB et de Bénin Science est mise en ligne et  régulièrement mise à jour et vulgarisé au sein des acteurs de la science et de la technique à travers son newsletter.

·         Des articles et émissions d’investigation sur des questions cruciales de la science et de la technique au Bénin sont produits et diffusés.

·         Les meilleures d’articles et émissions sur la science et la technique de l’année sont primées.

·         Permettre aux chercheurs africains de développer leurs propres capacités d’analyse et d’expertise sur les grands enjeux de la recherche

Principaux bénéficiaires

 

a)     Les bénéficiaires du projet :

Les bénéficiaires directs :
- Les membres de l’AJCSB participent directement à la réalisation des activités de ce projet.

 Les bénéficiaires indirects :

·          Les populations informées sur les questions scientifiques et technologiques

·         Les institutions scientifiques et chercheurs bénéficieront des activités du projet à la base et à travers les articles, les émissions radio et télévision diffuées produites par les membres de l’association.

·         Les pouvoirs publics bénéficieront des activités du projet à la base et à travers articles, les émissions radio et télévision diffuées produites par les membres de l’association pour amener les partenaires de l’Etat à financer la recherche scientifique.

·         Les journalistes des pays de la sous-région où une association de journaliste scientifique n’existe pas encore.

b) L’historique et le contexte socio- politique et économique des bénéficiaires :

Les  journalistes bénéficiaires du projet n’ont pas, pour la plupart reçus des formations en journalisme scientifique. Formés pour la plupart sur tas et travaillant sur des thématiques liées à la science de façon peu professionnelle, ces journalistes ont besoin des notions urgentes pour promouvoir
la pratique du journalisme et de la communication scientifiques.
D’où l’opportunité et la nécessité de contribuer à travers l’exécution du présent projet à renforcer le rôle des bénéficiaires à a
ssurer la collecte, le stockage, le traitement, la diffusion et la vulgarisation de l’information scientifique et technique (IST) et à renforcer la culture de l’information sur les questions scientifiques dans le processus de démocratisation et de développement du pays.

Indicateurs de mesure d’impacts

Deux indicateurs essentiels ont été retenus :

·         Évolution (variation) du niveau d’information de l’opinion publique sur les politiques et stratégies en matière d’ICST  et la problématique du renforcement de la culture de la démocratie, les droits et libertés par la démocratisation de la science et de la technologie ;

·         Evolution du niveau de la production de la presse écrite et audiovisuelle sur les thèmes scientifiques et techniques

Stratégie d’intervention

1/ Faire de l’information scientifiques et techniques un sujet d’actualité

Malgré la volonté politique manifeste pour œuvrer à l’atteinte de l’objectif des Objectifs du Millénaire pour le développement, les problèmes liés à recherche scientifique et technique restent noyés dans les préoccupations et priorité générales de l’action publique. Aussi, dans l’opinion publique, la problématique de la science et de la technique semble être délaissée.

L’une des stratégies de ce projet sera d’hisser au top des priorités du gouvernement la problématique de la science pour le développement  en le faisant passer, dans ce que les publicitaires appellent, le « Top of the mind » de l’opinion publique en tant qu’une solution majeure pour le développement. Ainsi, toutes les actions de communication prévues vont converger à faire de la problématique de la science un sujet d’actualité et créer par ricochet un débat national.

Afin de diffuser au travers de tous les canaux de communication retenus un discours unique et univoque, un travail intellectuel sera fait par des spécialistes des questions de science qui vont dégager les contenus essentiels sur les politiques en matière de science et de technique au Bénin, la problématique de la culture scientifique et technique pour impulser le développement. Ces contenus seront l’outil de base de la réalisation des émissions et de l’animation des conférences de presse.

Toujours dans ce souci de la diffusion d’un discours unique et univoque, les émissions radiophoniques seront une post-production des bandes son des émissions réalisées sur les télévisions.

Les conférences de presse qui visent à  informer l’opinion publique mais aussi à mettre au devant de l’actualité fréquemment la problématique de la science au service du développement sont envisagées en trois phases :

·         Une conférence de presse de lancement qui énonce la problématique et annonce les actions envisagées

·         Une conférence de presse à mi-parcours pour faire le bilan après un certain nombre d’actions menées

·         Une conférence de presse à la fin du projet pour faire le point des impacts produits et de l’évolution de la problématique.

Pour les conférences, afin d’avoir le maximum d’effet sur l’opinion publique, toutes les télévisions émettant au Bénin seront invitées, ainsi que la plupart des radios et presses écrites.

2/ Le renforcement des capacités  en communication scientifique et technique

« Les Cafés science » sont un cadre de débat et d’échanges autour des questions liées à la science et la technique. Vue l’importance de ces questions pour le développement d’un pays en développement comme le Bénin, l’AJCSB entend instaurer cette tribune qui regroupera des professionnels des médias travaillant sur des thématiques liées à la science et ses problèmes, une fois le mois pour s’imprégner des réalités du domaine scientifique et technique et disposer de pistes pour d’éventuelles investigations sur le terrain.

A bâtons rompus avec le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Il s’agit de convier le ministre en charge de la recherche scientifique à une tribune d’échanges sur les enjeux, réformes en cours dans le secteur. Ceci afin d’informer davantage l’opinion publique sur les réalisations de l’Etat avec l’appui des partenaires techniques et financiers et institutions de recherche et les perspectives en ce qui concerne le secteur. A cette occasion, le ministre en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique va répondre aux préoccupations des professionnels des médias spécialisés en science et technique.

« Les Tables rondes » sont un cadre de débat et d’échanges autour des questions liées au secteur de la recherche scientifique et technique. Vue l’importance de ces questions pour le développement d’un pays en développement comme le Bénin, l’AJCSB entend instaurer cette tribune qui regroupera les acteurs, chercheurs, scientifiques, universitaires, décideurs, partenaires de la recherche scientifique au Bénin et les journalistes, deux fois par an pour débattre des réalités du secteur et disposer de pistes pour d’éventuelles investigations journalistiques sur le terrain.

Formation des journalistes. Il s’agit de convier les journalistes à des sessions de formation sur les questions de science et de technique et le traitement professionnel de l’Information scientifique et technique (IST).  Ceci afin de mieux les outiller sur les problèmes du secteur de la science et le traitement des informations liées à la science et l’investigation. 

Deux (02) sessions de formation d’une durée de quatorze (14) jours seront organisées chaque année dans le pays à l’intention de dix (10) journalistes travaillant sur des questions liées à la science. Les bénéficiaires de ces sessions de formation feront l’objet de suivi dirigé par un comité de professionnels des médias avertis retenus de concert avec le Cbrst. Les sessions de formation seront élargies aux journalistes des pays de la sous-région (Côte d’Ivoire, Mali, Burkina Faso, Niger, Sénégal etc.) qui ne disposent pas encore d’associations de journalistes scientifiques. Au cours des ces formations, des rencontres seront organisées avec des scientifiques sous forme de conférence de presse et autres organismes de recherche. Des visites de terrain seront également organisées à l’intention des participants. Ceux-ci produiront des articles et émissions sous la supervision d’un comité éditorial. Ces articles et émissions feront l’objet de publication dans le journal Bénin Science et de large diffusion au plan international. Les émissions radio et télé seront diffusées sur le site Internet de l’association et si possible de le CbrstJ.

Petites subventions de journalisme d’investigation en science. Il s’agit de lancer un avis à proposition de sujet d’articles ou d’émissions à l’intention des journalistes  et de sélectionner les meilleures propositions.  Ces dernières recevront de petites subventions pour réaliser des enquêtes. Les articles ainsi produits feront l’objet d’une publication qui sera largement diffusée dans tout le pays. Les émissions radios seront enregistrées sur des Compact Disc et distribués aux partenaires. Il faut préciser que ces subventions peuvent être octroyées à des journalistes scientifiques qui sont membres d’autres associations sœurs de la sous-région.

Appui à la production du journal Bénin Science et à la gestion du site web de l’Association. Bénin Science est un journal exclusivement consacré à la science, à l’information des masses et à la vulgarisation des travaux de recherche des scientifiques etc. Il est publié et diffusé :

-          dans les ministères de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de l’environnement et leurs directions décentralisées

-          dans les instituions, ONG et structures partenaires de la recherche scientifique et technique au Bénin

-          au sein des institutions et associations internationales partenaires de la science

-          dans les centres de recherche et autres laboratoires

-          dans les bibliothèques scolaires et universitaires ainsi que d’autres centres départementaux de documentation.

 Pour les acteurs et partenaires non scolarisés, il est prévu de nouer des relations de partenariat entre les radios locales et communautaires et la rédaction du journal " Bénin Science ". Ainsi, ces radios serviront de relais pour rendre compte aux populations non scolarisées du contenu de ce journal dans les différentes langues nationales. Le site web de l’association est aussi un canal de diffusion de l’information scientifique. Le site est déjà élaboré  et il ne reste qu’à être mis en ligne.

Prix du journalisme scientifique du Bénin : c’est un prix annuel organisé par le l’AJCSB pour primer les œuvres des professionnels des medias spécialisés en science dans les catégories ci-après : 

·          Prix de la meilleure émission scientifique

·          Prix de la meilleure émission radio en science en langues nationales

·          Prix du meilleur article de presse écrite

·          Prix de la meilleure émission TV

·          Prix du meilleur dessin de presse ou de la meilleure caricature

·          Prix du meilleur organe de presse produisant des articles en science

Le choix des travaux à primer par l’AJCSB sera présidé par un jury national et international composé de professionnels de médias, de spécialistes en science et d'autres personnes ressources qui pourront contribuer à faire un choix aussi judicieux que possible. Ce prix pourra être élargi à toute la sous-région. La cérémonie officielle de la remise des prix sera organisée à Cotonou autour des décideurs, partenaires et acteurs de la science au Benin. Si le prix prend en compte des candidatures hors du Bénin, on pourrait organisée une sorte de conférence sous-régionale sur le journalisme scientifique au cours de laquelle tous les lauréats seront primés. Notre ambition est de faire de Cotonou un lieu de rencontre annuel des journalistes scientifiques ouest-africain afin d’échanger et de partager les expériences.

 


A lire aussi dans Actualite