Des journalistes ouest-africains outillés sur le traitement du changement climatique

2014-11-12 00:24:18

Des journalistes ouest-africains outillés sur le traitement du changement climatique

Cotonou abrite depuis le lundi dernier, le séminaire de formation sur le changement climatique. Organisé par l'Association des Journalistes et Communicateurs Scientifiques du Bénin (AJCSB) avec le soutien financier du du Programme international pour le Développement de la Communication (IPDC) de l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO) et l'appui du Centre du riz pour l'Afrique (AfricaRice).

Placé sous le thème : « Un traitement professionnel des questions environnementales, y compris le changement climatique », ce séminaire qui réunit une vingtaine de journalistes du Bénin, du Burkina Faso, du Niger et du Togo, vise à améliorer les reportages et renforcer les nouvelles sur l'environnement dans les pays francophones de l'Afrique de l'Ouest. C'est le directeur de cabinet du ministre de l'Environnement, Théophile Worou a  ouvert les travaux dudit séminaire en présence du représentant du Directeur Général de AfricaRice, Dr Samuel Bruce-Oliver et d'autres personnalités scientifiques.

Dans son mot de bienvenu, le Président de l'AJCSB Christophe Assogba a remercié tous les partenaires du séminaire pour leur contribution.

« Je suis content que les chercheurs d'AfricaRice vont présenter au cours de ce séminaire certaines réalisations qui vont permettre aux riziculteurs de faire face au défi du changement climatique. Ils vont exposer une approche simple de l'aménagement des bas-fonds qui contribue à l'atténuation des effets négatifs des changements climatiques sur la production  du  riz. La recherche sur l'aspect genre dans le cadre des changements climatiques sera aussi soulignée », a souligné Dr Samuel Bruce-Oliver, au nom de Dr Adama, Traoré, Directeur Général d'AfricaRice empêché. "Le séminaire actuel pour outiller les journalistes scientifiques à mieux communiquer sur le défi du changement climatique est opportun", a-t-il indiqué.

Prenant la parole, la Spécialiste de Programme de l'Unesco, Mme Adèle Nibona, a rappelé les défis à relever pour une meilleure couverture de l'environnement dans les différents pays de la région. Elle a rappelé le rôle du journaliste pour un changement de comportement dans la société et pour l'éducation des populations.

Quant à Théophile Worou, il a déclaré que la menace des changements climatiques fait peser sur l'homme et la vie humaine beaucoup de risques qui necssitent des mesures urgentes. « En effet, le dernier rapport du GIEC qui vient de paraître au début de ce mois ne laisse guère de doute : notre planète connaîtra avant la fin du siècle, un  réchauffement climatique supérieur à 3° voire à 4°C avec ce que l'on peut imaginer des dérèglements en chaîne qui s'en suivront : canicules, inondations, sécheresses, bouleversement des écosystèmes, perte de la biodiversité, notamment coure des risques de catastrophes », a affirmé Worou. « Les changements climatiques constituent donc une menace pour notre santé, notre sécurité, notre mobilité si le scénario du GIEC se confirme. Ils occasionneront des conséquences sur les flux migratoires de populations qui viendront là où elles peuvent se nourrir, là où elles peuvent accéder à l'eau ou éviter des catastrophes », a-t-il ajouté avant de rappeler le rôle  important des médias pour présenter à leur public de manière compréhensible et intéressant les questions environnementales, y compris le changement climatique. La formation prend fin le mercredi 12 novembre par une visité de l'épi de Siafato après un visité guide de la banque de gène de AfricaRice où plus de 20000 accessions sont conservées pour préserver la diversité biologique.     

Christophe Assogba


Leave a Comment


A lire aussi dans Actualite