Le partenariat public-privé comme opportunité pour booster la recherche rizicole en Afrique

2016-02-03 15:44:07

Le partenariat public-privé comme opportunité pour booster la recherche rizicole

AfricaRice entend mettre l'accent sur le partenariat public-privé pour le développement de la recherche et du secteur rizicole en Afrique.

Le Directeur général du Centre du riz pour l'Afrique (AfricaRice) Harold Roy-Macauley a indiqué au cours de l'ouverture de la Semaine scientifique d'AfricaRice 2016 et du Forum Grisp Afrique, le 2 février 2016,  à Cotonou  (Bénin) que le partenariat public-privé est cruciale pour l'intensification de la production rizicole en Afrique.

Selon Roy-Macauley, le riz est un produit stratégique, un produit de base politique et l'atteinte de l'autosuffisance alimentaire et la possibilité également de faire des pays africains des exportateurs de ce céréale dépendent non seulement d'avancer dans les activités de recherche scientifique, d'accélérer le rythme de travail mais aussi  d'encourager « des initiatives qui doivent déboucher sur  des partenariats public-privé ».

Pour le Directeur général d'AfricaRice, il n'est pas question d'oublier le secteur privé notamment le secteur semencier dans la chaîne des acteurs devant contribuer au développement de la science rizicole au profit de la sécurité alimentaire des populations du continent.

La recherche des opportunités et facilité de coopération dans le contexte du partenariat mondial du riz en Afrique  fait partie intégrante des résultats attendus à la semaine scientifique de cette année qui a mis un accent particulier sur les actions du projet Grisp dont une nouvelle phase est en cours de préparation avec la collaboration de plusieurs centres du consortium Cgiar.

La  semaine scientifique a pour objectifs de partager les expériences en matière de science du riz, d'échanger sur les résultats obtenus en 2015, de planifier de nouvelles actions à partir des réalisations obtenues au niveau des différents projets et permettre aux acteurs de toute la chaîne de valeur riz d'être au même niveau d'information en ce qui concerne les nouvelles connaissances produites dans le secteur du riz en Afrique.

« Il faut assurer un équilibre entre le développement de la connaissance scientifique et le développement rural et urbain, surtout la mise à l'échelle, la dissémination des résultats qui nous permettront d'assurer la sécurité alimentaire et la sécurité nutritionnelle », a souligné Lala Razafinjara, Vice-président du Conseil d'Administration d'AfricaRice qui a ouvert les travaux de cette rencontre des experts et chercheurs africains du domaine du riz qui prend fin ce vendredi.


Christophe Assogba


Leave a Comment


A lire aussi dans Actualite