De nouveaux choix pour les riziculteurs

2012-06-14 00:33:41

Amélioration de la production rizicole

 
De nouveaux choix pour les riziculteurs


Un ensemble de technologies améliorées et d’outils de prise de décision dans le cadre du paquet de Gestion intégrée de la riziculture offre de nouveaux choix aux riziculteurs et améliore la productivité, la rentabilité et la durabilité de la riziculture irriguée. Cette déclaration a été faite par le chef du programme de développement du secteur rizicole et coordonnateur de l’initiative africaine sur le riz ( AfricaRice), Dr Inoussa Akintayo, au cours d’un panel des chercheurs tenu, mardi, dans le cadre du stage professionnel en rapport avec la seconde phase du projet journalisme scientifique en coopération(SCOOP 2), au Centre du riz pour l’Afrique.

Il s’agit des options de la gestion améliorée des engrais, des adventices et de l’eau, des technologies post-récolte efficaces (batteuse ASI, moissonneuse combinée …), des variétés améliorées, des outils d’aide à la décision tels que la meilleure date de semis, les taux de semis et d’engrais, voire une adoption partielle de ces technologies par les producteurs de riz irrigué dans la vallée du fleuve Sénégal ayant entraîné une augmentation de 60% des rendements au champ et de 85% des bénéfices.

Une gamme de méthodes participatives et d’outils d’apprentissage


Pour Dr Akintayo, « les chercheurs et les agents de vulgarisation peuvent, aujourd’hui, utiliser une vaste gamme de méthodes participatives, de systèmes d’innovation et d’outils d’apprentissage qui facilitent la diffusion des technologies. Toutes ces méthodes et tous ces outils se présentent sous formes d’approche d’apprentissage participatif et de recherche action (APRA), des manuels didactiques, des guides pratiques, de vidéos d’apprentissage sur les méthodes de production rizicole améliorée, des textes radiophoniques, de portail d’informations rizicoles pour l’Afrique (RIGA). Une mise au point représentant plus de 1000 groupes de participants, plus de 150 étudiants postuniversitaires formés entre 2006 et 2011 ainsi que plus de 160 000 paysans et de transformateurs pauvres à travers l’Afrique ayant bénéficié des vidéos d’apprentissage est en cours » , a-t-il laissé entendre.

Auparavant, Dr Akintayo a fait état d’une panoplie de variétés pour chaque besoin et chaque préférence, notant que les riziculteurs africains peuvent choisir entre plus de 200 variétés améliorées homologuées au cours des 25 dernières années en Afrique. Ces variétés sont adaptées à une vaste gamme de conditions agro-écologiques. Elles incluent 18 variétés NERICA d’écologies de plateau, 60 variétés NERICA de bas-fond (pour les bas-fonds pluvieux et irrigués), 15 variétés Sahel pour la culture irriguée, plusieurs variétés non-NERICA pour les plateaux et les bas-fonds (WAB et WITA…) et un bouquet de variétés – du type standard au type aromatisé de haute qualité (Orylux…) – pour une gamme de consommateurs.

Les NERICA, a-t-il dit, sont cultivés sur plus de 700 000 ha en Afrique et ont des impacts positifs sur la productivité du riz et les moyens d’existence des paysans. Les variétés Sahel à haut rendement couvrent plus de 80% de la vallée du fleuve Sénégal.

Nécessité de renforcer des liens entre les systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA) et AfricaRice

Certes, a-t-il conclu, des progrès ont été réalisés mais il faut travailler encore plus dur afin de maintenir et d’améliorer la bonne santé financière et scientifique du centre.Il a un appel dans le sens de garder àA l'esprit qu’il est important de stimuler le secteur rizicole crucial en Afrique pour la nourrir et pour éviter une autre crise du riz.
Pourtant d’excellentes opportunités existent. Dès lors, n’a-t-il pas plaidé en faveur des initiatives nationales et régionales avant de suggérer le renforcement des liens entre les systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA) et AfricaRice et d’exploiter les synergiesmondiales par le biais du partenariat mondial de la science rizicole (GRiSP).

 

Connie Mafuta à Cotonou

(SjCOOP II)

 

Article publié le 13/6/2012

 


Leave a Comment


A lire aussi dans Actualite